Ma recherche sur la lumière, la transparence, à travers l’utilisation de verres opalescents dans mes premières créations, reste omniprésente aujourd’ hui encore. Mais ce qui se joue dans ces portraits Double Face, concerne surtout la dualité de l’être, la trace du vécu inscrite sur le visage comme sur le papier, ce qui est montré, dévoilé, visible, et l’autre part de soi, comme un envers du décor.
La feuille de papier chinois, légère et translucide n‘est plus simplement un support mais devient une mue, une peau et fait oeuvre pour ce qui la constitue, se plisse, s’use, vit, et se retourne, laissant apparaître le verso, plus intime, éthéré.